« Les mobilités alternatives à la voiture individuelle, c’est la priorité de notre programme ! »

La mobilité sur la zone urbaine de Perpignan est clairement une des priorités de notre programme. Notre projet peut se résumer ainsi, avant de rentrer dans le détail :
– Rendre la ville urbaine pour ses habitants, usagers et visiteurs
– Rendre la ville accessible et connectée à son bassin de vie par un système de transports en commun et de réseau cyclable pertinents
Les deux sont évidemment liés.
Rendre la ville urbaine signifie de requalifier l’espace public pour limiter la place de la voiture et faire une place pour les transports en commun et les mobilités douces, réduire le bruit, la pollution, les accidents et incivilités routières.
Cela passe par la mise en place d’un véritable plan de circulation, où l’on reporte le flux de transit sur la rocade (plus de 150 millions dépensé sans report modal), en requalifiant l’entrée de ville et les boulevards comme supports de TC comme de mobilités douces, càd pour les travaux structurants : requalification du pont Arago en pont urbain, reprise du cours Lazare Escarguel et Place Catalogne et boulevards en suivant, porte d’entrée du centre, zone à trafic limité sur le centre ville.
Pour les mobilités actives :
Politique vélo : un réseau interquartiers et inter-villes structurant également, vers les établissements scolaires, les pôles d’emplois, etc. le traitement des points noirs (franchissement ouvrages routiers), un signalétique irréprochable, une politique concertée et programmée d’entretien.
Un souci de l’aménagement urbain, pensé pour les plus ‘fragiles’ : accessibilité, enfants, personnes âgées, et dans un contexte de réchauffement climatique (végétalisation, bancs). S’appuyer sur les canaux pour des cheminements piétons et vélos.
Rendre la ville accessible et connectée à son bassin de vie
Pour la réorganisation du TC : Les TC sont de la compétence de la CU et notre projet va bien au-delà de la seule ville centre, prenant en compte les besoins des salariés et des usagers de la ville qui habitent hors de Perpignan, il s’agit de proposer un système gagnant pour toute la population de la plaine du Roussillon. Il s’agit donc de réaliser un réseau express, structurant, en site propre dans sa section urbaine, qui relie les communes de la première couronne, les zones d’emploi, les services publics (CAF sur la route de Canet), les pôles multimodaux (gare), bien sûr le centre ville. Des lignes de quartier et de village qui rabattent sur les lignes structurantes. Des parkings relais en première couronne et en entrée de ville, pôles multimodaux sur lesquels se raccrochent les liaisons bus de la Région.
Quant au financement et à la gratuité, aujourd’hui le versement transports de vos entreprises finance la majorité du service (27 M€ pour 34 M€) pour pas de services pour vos salariés. La gratuité ne sera immédiate car il faut d’abord offrir un service pour qu’il soit emprunté. Elle sera testée le samedi, puis généralisée quand le service sera là.
Pour l’inter et la multimodalité :
En coopération avec la Région, rendre interconnectés et complémentaires les réseaux de bus et de train. Nous militerons pour faire de l’étoile ferroviaire de la plaine du Roussillon un RER catalan, avec des cadences plus importantes, et pour l’implantation d’une gare à St Charles comme à Tecnosud.

En conclusion, ces propositions ne sont que la reprise des documents de planification depuis le Plan de Déplacements Urbains 2006-2012. Pour les réaliser enfin, nous réorienterons les investissements des projets routiers vers les projets de mobilité urbaine, il y ade quoi faire pour rendre cette ville respirable et écologique. La DSP de Sankéo arrive à échéance en 2021, nous aurons un an pour planifier les travaux sur la mandature, donnant de la visibilité à votre profession, et nous nous y tiendrons.

Caroline Forgues devant la Fédération régionale des travaux publics

"Les mobilités alternatives à la voiture individuelle, c'est la priorité de notre programme !"Caroline Forgues s'est exprimée sur la mobilité le 20 janvier devant la Fédération regionale des travaux publics. Extrait vidéo ! ⬇️Pour le texte en entier :La mobilité sur la zone urbaine de Perpignan est clairement une des priorités de notre programme. Notre projet peut se résumer ainsi, avant de rentrer dans le détail :- Rendre la ville urbaine pour ses habitants, usagers et visiteurs- Rendre la ville accessible et connectée à son bassin de vie par un système de transports en commun et de réseau cyclable pertinentsLes deux sont évidemment liés. Rendre la ville urbaine signifie de requalifier l’espace public pour limiter la place de la voiture et faire une place pour les transports en commun et les mobilités douces, réduire le bruit, la pollution, les accidents et incivilités routières. Cela passe par la mise en place d’un véritable plan de circulation, où l’on reporte le flux de transit sur la rocade (plus de 150 millions dépensé sans report modal), en requalifiant l’entrée de ville et les boulevards comme supports de TC comme de mobilités douces, càd pour les travaux structurants : requalification du pont Arago en pont urbain, reprise du cours Lazare Escarguel et Place Catalogne et boulevards en suivant, porte d’entrée du centre, zone à trafic limité sur le centre ville.Pour les mobilités actives : Politique vélo : un réseau interquartiers et inter-villes structurant également, vers les établissements scolaires, les pôles d’emplois, etc. le traitement des points noirs (franchissement ouvrages routiers), un signalétique irréprochable, une politique concertée et programmée d’entretien.Un souci de l’aménagement urbain, pensé pour les plus ‘fragiles’ : accessibilité, enfants, personnes âgées, et dans un contexte de réchauffement climatique (végétalisation, bancs). S’appuyer sur les canaux pour des cheminements piétons et vélos.Rendre la ville accessible et connectée à son bassin de viePour la réorganisation du TC : Les TC sont de la compétence de la CU et notre projet va bien au-delà de la seule ville centre, prenant en compte les besoins des salariés et des usagers de la ville qui habitent hors de Perpignan, il s’agit de proposer un système gagnant pour toute la population de la plaine du Roussillon. Il s’agit donc de réaliser un réseau express, structurant, en site propre dans sa section urbaine, qui relie les communes de la première couronne, les zones d’emploi, les services publics (CAF sur la route de Canet), les pôles multimodaux (gare), bien sûr le centre ville. Des lignes de quartier et de village qui rabattent sur les lignes structurantes. Des parkings relais en première couronne et en entrée de ville, pôles multimodaux sur lesquels se raccrochent les liaisons bus de la Région. Quant au financement et à la gratuité, aujourd’hui le versement transports de vos entreprises finance la majorité du service (27 M€ pour 34 M€) pour pas de services pour vos salariés. La gratuité ne sera immédiate car il faut d’abord offrir un service pour qu’il soit emprunté. Elle sera testée le samedi, puis généralisée quand le service sera là. Pour l’inter et la multimodalité :En coopération avec la Région, rendre interconnectés et complémentaires les réseaux de bus et de train. Nous militerons pour faire de l’étoile ferroviaire de la plaine du Roussillon un RER catalan, avec des cadences plus importantes, et pour l’implantation d’une gare à St Charles comme à Tecnosud.En conclusion, ces propositions ne sont que la reprise des documents de planification depuis le Plan de Déplacements Urbains 2006-2012. Pour les réaliser enfin, nous réorienterons les investissements des projets routiers vers les projets de mobilité urbaine, il y ade quoi faire pour rendre cette ville respirable et écologique. La DSP de Sankéo arrive à échéance en 2021, nous aurons un an pour planifier les travaux sur la mandature, donnant de la visibilité à votre profession, et nous nous y tiendrons.

Publiée par L'Alternative Perpignan 2020 sur Dimanche 2 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *